Entretien ménager

Entretien ménager

lundi 9 septembre 2013

Les composants des nettoyants (suite)

Les composants des nettoyants

Les adoucisseurs d’eau et les agents séquestrants

Ces produits permettent de réduire la dureté de l’eau, attribuable notamment à la présence de calcium, de magnésium et de fer; autrement, ces minéraux consommeraient une partie du surfactant pour former des sels de savon insolubles qui se déposeraient sur le tissu à nettoyer et réduiraient ainsi l’efficacité du détergent. Les agents séquestrant éliminent ces minéraux en les emprisonnant. En font partie :

  • L’acide éthylène diamine tétra acétique (EDTA);
  • L’acide N-(hydroxéthyl) éthylènediamine triacétique;
  • L’acide nitriloriacétique (NTA);
  • Le citrate de sodium;
  • Le disuccinate d’éthylènediamine (EDDS);
  • Les silicates de sodium;
  • Les tripolyphosphates de sodium (STPP).


Les enzymes

Les enzymes sont des protéines qui accélèrent le processusdu nettoyage à basse température, sans vraiment participer au nettoyage comme tel. Les plus utilisés dans les nettoyants sont :
  • Les amylases;
  • Les cellulases;
  • Les lipases;
  • Les protéases.

Les enzymes sont totalement sains pour l’environnement, mais leur activité dans les produits liquides est très difficile à maintenir puisqu’ils sont sensibles notamment au ph du milieu, à l’action mécanique, à la température, aux solvants et aux surfactants.

Les agents antiredéposition

Comme leur nom l’indique, ces agents empêchent les salissures de se redéposer sur le linge durant l’opération de nettoyage. Pour ce faire, ils forment une mince couche protectrice à la surface des tissus, empêchant ainsi la saleté de s’y accrocher de nouveau, les agents antiredéposition utilisés dans les détergents proviennent des gommes naturelles, des dérivés cellulosiques ou des polycarboxylates.

Les agents de conservation

Parce qu’ils sont antimicrobiens, bactéricides et bactériostatiques, ces agents permettent de conserver les produits à l’abri de toute infection bactérienne. Ils assurent aussi la stabilité à long termes des nettoyants en les protégeant contre la lumière et en empêchant leur décoloration. En font partie :
  • La diazolidinylurée;
  • Le formaldéhyde;
  • Les acides benzoïque, borique, formique, propionique, salicylique et sorbique;
  • Les chlorures de benzalkonium;
  • Les composés de quaternium;
  • Les isothiazolinones
  • Les parabènes.
  •  

Les agents de blanchiment

Les agents de blanchiment sont des oxydants puissants qui permettent de supprimer les types de salissures que le surfactant seul ne peut éliminer. C’est souvent les cas des salissures colorées sur des tissus blancs. En font partie :
  • L’eau de javel;
  • L’eau oxygénée
  • Le dichloroisocyanurate de sodium;
  • Les perborates de sodium;
  • Les percarbonates de sodium.
  •  

Les antimousse

Comme leur nom l’indique, les antimousse empêchent la formation de mousse dans le nettoyant. Ils sont très utilisés dans les détergents pour machines à laver à chargement frontal et dans les détergents pour lave-vaisselle, de même que dans certains types de nettoyants pour tapis et pour appareils à haute pression.
La plupart des antimousse sont à base de silicone et sont peu biodégradables. Heureusement, il n’en faut qu’une très faible quantité pour avoir le résultat voulu. Dans les détergents à lessive, les agents dérivés de la noix de coco et du potassium ou du sodium aident considérablement à réduire la mousse.

Les azurants optiques

Ces produits donnent au linge propre un reflet bleuâtre qui fait paraître le tissu blanc encore plus blanc. La plupart des azurants optiques ne sont pas biodégradables et sont interdits au Canada dans lesproduits certifiés écologiques.

Les colorants

Les colorants donnent au produit la couleur choisie et permettent de réduire l’oxydation attribuable à l’action de la lumière. Les colorants alimentaires sont biodégradables, contrairement aux colorants de synthèse dont les sous-produits de la dégradation peuvent s’accumuler dans l’environnement.

Les parfums

On s’en doute, les parfums sont utilisés pour masquer l’odeur du savon ou du détergent et pour donner une odeur agréable au produit. Leur biodégradabilité est encore objet de controverse à cause des nombreux ingrédients qui peuvent entrer dans leur composition. De plus, ils sont souvent source d’irritations ou d’allergies.
Parmi les senteurs les plus reproduites en laboratoire, on trouve les agrumes, l’eucalyptus, la lavande, le lilas, le melon, la pomme ainsi que différents mélanges.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire